aaa

Le Chablais

La tête en l’air et les pieds dans l’eau, je suis une terre de contrastes couronnée par les Alpes, baignée par le Léman et traversée par le Rhône. Mon appellation désigne un territoire international qui s’étend sur les cantons suisses de Vaud et du Valais ainsi que sur le département français de Haute-Savoie. C’est en égrenant les lettres de mon nom que je vais vous dévoiler ma face helvétique.

C hâteaux

Mes châteaux vous souhaitent la bienvenue dans le Chablais! Les sentinelles de pierre de Chillon, de la Porte-du-Scex et de Saint-Maurice vous accueillent aux portes de mon territoire. Stratégiquement bâtis, ils sont plus d’une dizaine à veiller sur mes terres. Des plus discrets aux plus majestueux, en ruine ou soigneusement restaurés, c’est peu dire que j’en suis fier ! Ils sont l’ornement et la mémoire de mes villes et villages. Autrefois forteresse défensive, résidence de prestige ou froide prison, nombre d’entre eux ouvrent aujourd’hui leurs portes aux visiteurs. Sur les traces des seigneurs de jadis, à vous la vie de château!

H istoire

J’aurais tant à vous raconter… C’est peu après l’an 800 que j’entre dans l’histoire et que je suis nommé pour la première fois. J’ai grandi sous les auspices de l’Abbaye de Saint-Maurice avant de rejoindre les possessions de la maison de Savoie. Mon destin bascule entre 1475 et 1569, lorsque mon territoire est partagé en trois. La République de Berne s’empare de mes terres aujourd’hui vaudoises, le Valais s’installe sur la rive gauche du Rhône et le duché de Savoie, dépouillé de ses biens, est contraint de se retirer au-delà de la frontière qui divise en deux Saint-Gingolph. Soyez à l’écoute de mon patrimoine, il vous contera mon histoire…

A lpes

Les sommets alpins forment ma couronne de pierre et de neige dont les joyaux culminent à plus de 3000 mètres d’altitude. Autrefois effrayants, aujourd’hui attrayants, les hauts pics des Alpes ont toujours fasciné. Leur ascension est un défi, tandis que des sentiers pédestres permettent de faire le tour des majestueux massifs des Dents-du-Midi, des Muveran et des Dents Blanches. Eté comme hiver, le sport est à l’honneur et mes domaines skiables sont réputés. C’est en gravissant mes montagnes que l’on découvre ma nature à l’état brut. Le charme de mes vallées rivalise d’enchantement avec la somptueuse vue dont l’on jouit depuis mes balcons alpestres!

B ains

De mon sous-sol jaillissent de nombreuses sources. Thermales, minérales, sulfureuses, ferrugineuses ou salées, il y en a pour tous les goûts! La réputation des plus fameuses d’entre elles a attiré sur mon territoire une clientèle internationale et souvent fortunée. Bex, Aigle, Morgins et Saint-Gingolph ont connu leur heure de gloire. Lavey vogue à travers les âges et sa source, la plus chaude de Suisse, voit défiler depuis plus de 180 ans les amateurs de bien-être. Les eaux ont jailli à Val-d’Illiez en 1953 suite à la construction du barrage de Salanfe et l’on se baigne depuis une trentaine d’années au pied des Dents-du-Midi. Et n’oublions pas les stations chablaisiennes françaises d’Evian, Amphion et Thonon, dont les eaux ont rendu «-les-Bains» indissociables de leur nom!

L acs

Il y a fort longtemps, le Léman recouvrait ma plaine. C’est bien après son retrait que mon territoire a pris le nom de Chablais, dont l’origine latine désigne la tête du lac. En effet, que serait-il sans moi? Mes montagnes constituent son écrin. De Villeneuve aux portes de Genève, en suivant le littoral vaudois, valaisan puis français, ses rives sont chablaisiennes! Et que serais-je sans lui? Il est le miroir de mes sommets et recueille les eaux de mes rivières. Mais il n’y a pas que le Léman! De petits lacs enchanteurs se nichent entre mes monts et vallées. Partez à leur découverte et laissez-vous envoûter par les charmes de mes sirènes d’eau douce…

A rts

Je suis une terre d’inspiration! Mes paysages ont été immortalisés par des grands noms de la peinture. William Turner, Gustave Courbet ou Oskar Kokoschka ont succombé à mes charmes. Je suis au cœur de l’œuvre de l’enfant du pays Frédéric Rouge. Les talents musicaux enchantent mes oreilles, la sculpture se la joue nature et les arts de la scène font vibrer mes théâtres où se produisent artistes régionaux et internationaux. Art et architecture se conjuguent au passé comme au présent dans mes plus remarquables édifices, alors que les joyaux de la foi reposent dans l’inestimable trésor d’art sacré sur lequel veille l’Abbaye de Saint-Maurice.

I dentité

Dans mes veines coule du sang vaudois, valaisan et savoyard. Avec un tel mélange, pas étonnant que j’aie du caractèr ! Mon identité rassemble au-delà des frontières cantonales et nationales, même si je désigne parfois des réalités diverses. De part et d’autre du Rhône, mon identité est revendiquée comme une référence commune. Les ponts qui enjambent le fleuve sont autant de symboles de mon unité. Par le rail et par la route, mes transports publics relient les Chablaisiens. De nombreuses entités portent mon nom et plusieurs associations veillent à mon rayonnement et à ma cohésion. J’ai même le privilège d’avoir une radio pour porte-parole!

S el

Je ne pouvais conclure sans vous parler de l’une de mes ressources les plus emblématiques: le sel. Imaginez-vous qu’il y a des millions d’années, une mer recouvrait la région. Elle s’est évaporée et le sel déposé sur son fond s’est retrouvé enfermé au cœur de la roche lors de la formation des Alpes. Depuis près de 500 ans, il est extrait de la «montagne salifère» qui s’élève entre Aigle et Bex. Il faut dire qu’il a longtemps été le seul produit en Suisse et qu’il ne peut être actuellement vendu que dans le canton de Vaud! Le train des mineurs vous emmène au cœur des galeries des Mines de sel de Bex à la découverte de sa fascinante aventure.


© www.looping-creation.ch - Photos bannières: Looping Création